Piano Gourmand

Jazz avec Robert Graczyk

 

 

Dimanche 17 mars, 15h30, Robert Graczyk prend la parole devant une salle pleine. Il précise d’entrée qu’il se situera dans le respect de l’histoire du jazz. Il en précise l’essence, le blues, le gospel  et  les bases , le swing et l’improvisation. Le piano libère les thèmes, arrangements, improvisations au gré des doigts particulièrement lestes d’un pianiste de classe. On reconnaît au passage,en particulier, Saint Louis Blues. Il continue par le ragtime avec l’évocation des musiques militaires américaines et les polkas, musique de salon, qui se transforment en une musique qui devient classique, une musique écrite. Nous sommes entraînés sur les traces de Claude Bolling et de Fats Waller. On a envie de bouger tant ces musiques blues et ragtime sont chaleureuses. Vient la grande époque du swing avec Count Basie et Duke Ellington et une pause avec Tea for two plus calme. Puis c’est le temps du Behop. Le pianiste nous joue une valse de Chopin mais étonnement revisitée. Plus surprenant encore, le concerto d’Aranjuez façon Chick Corea. Et la séance continue avec Oscar Petterson (le summum du jazz selon Robert Graczyk),  Errol Garner et la musique des « feuilles mortes » réécrite façon jazz.

Que dire de ce moment ? Un concert pédagogiquement mené. Robert Graczyk sait nous guider à travers une musique qu’il domine totalement. Il parle peu et joue surtout beaucoup avec un talent que la salle apprécie ; elle le lui fait entendre pleinement par ses applaudissements nourris.

Une bien belle après-midi !